Mot-clé - Microsoft

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 13 juin 2010

De l'honnêteté intellectuelle et du HTML5

L’excellent Framablog publie une traduction du billet polémique que Christopher Blizzard, directeur de l’évangélisme à Mozilla Corporation, a posté sur son blog personnel : De l’honnêteté intellectuelle et du HTML5. Je vous conseille vivement sa lecture qui est plaisante, ce qui ne gâche rien.

Sources et références

jeudi 3 juin 2010

Bing arbore un renard de feu

Bing États-Unis affiche aujourd’hui un renard roux sautant. C’est moins proche du firefox que le panda roux d’il y a six mois mais c’est quand même un renard flamboyant :-)

Renard roux (Red Fox) sur Bing - Webmaster Center

Lire la suite...

samedi 15 mai 2010

Mettre à jour ses plugins dans tous ses navigateurs

Les plugins (dans le cadre des navigateurs Web) sont de petits logiciels qui étendent les capacités du navigateur. À ne pas confondre avec les extensions (de Mozilla Firefox ou de Google Chrome) qui sont capables d’étendre notamment les fonctionnalités de l’interface du navigateur. Les plugins permettent au navigateur de réaliser des tâches spécifiques comme la lecture de fichiers multimédias (Flash, Silverlight, QuickTime, RealPlayer, Windows Media Player, VLC), d’exécuter des programmes écrits dans un langage particulier (Java), d’afficher des formats de fichier spéciaux (Adobe Reader), etc. De nombreux programmes (comme ceux de Google, Microsoft, Yahoo!) ajoutent silencieusement leur propre plugin. Mozilla, Opera, Google Chrome et Apple Safari partagent les plugins installés sur le système. Microsoft Windows Internet Explorer a un système de plugins spécifique : l’ActiveX qui est très intégré au système d’exploitation.

Lire la suite...

mardi 4 mai 2010

Mots-clés référents de BlogZiNet d'avril 2010 et quelques réponses

Je me suis plongé dans les stats fournies par Free avec phpMyVisites. Pour le mois qui vient de finir, j’ai regardé les mots-clés des moteurs de recherche. C’est Google qui fournit la grande majorité des entrées avec 92 % auxquels il sied d’ajouter les 6 % de Google Images. Bing n’est pas pris en compte par l’application mais apparaît dans les sites référents. Il ne fournit que quelques dizaines d’entrées. Je ne comprends pas pourquoi, bien que j’ai soumis le blog depuis longtemps dans les outils pour webmestres, il n’y a que quelques pages d’indexer dans le moteur de Microsoft, et ça diminue en plus.

Lire la suite...

vendredi 5 mars 2010

Bonton Opentochoice

J’ai rajouté sur ce blog un bouton, ou plutôt une bannière, pour l’initiative Open to choice de Mozilla. Il s’agit de participer à l’édification des masses à propos de l’importance du choix de son navigateur Web.

Microsoft a commencé depuis quelques jours à expérimenter le « ballot screen » ou écran multi-choix dans Windows. À terme, 100 millions de PC européens afficheront au démarrage une fenêtre qui proposera de choisir son navigateur. Le problème est que, même au delà de saisir l’importance du choix, l’internaute ne sait pas ce qu’est un navigateur. À cela, les internautes répondent des choses comme Google, Orange ou Yahoo (je l’ai constaté personnellement dernièrement).

Si les internautes ne savent pas ce qu’est un navigateur, ils ne connaissent pas plus la décision de Bruxelles d’imposer à Microsoft l’écran multi-choix. Il apparait que ce sont les internautes qui ont déjà choisi leur navigateur Web qui savent qu’ils pourront se passer d’Internet Explorer. Pour la grande majorité des internautes, le « e » bleu est (et restera) Internet.

Quel est votre navigateur ?

Sources et références

vendredi 5 février 2010

Chrome grignote des parts de marché à IE et Firefox

Net Applications, société californienne d’analyse du trafic Internet, a publié ses statistiques sur les parts de marché des navigateurs Web pour janvier 2010. Il en ressort que Chrome, le navigateur de Google qui vient de sortir en version 4 avec la prise en charge des extensions, franchit la barre des 5 %, tandis que Firefox recule légèrement devant celle des 25 %. En effet, Firefox perd 0,18 point depuis décembre 2009 pour atteindre 24,43 %. Internet Explorer perd lui 0,57 point en un mois pour atteindre 62,12 %. Google Chrome gagne de son côté 0,59 point sur la même période confirmant la troisième place qu’il avait ravi en décembre 2009 à Safari d’Apple qui ne gagne que 0,07 point. Ces deux navigateurs basés sur le moteur d’affichage WebKit atteignent respectivement 5,22 % et 4,53 %. Opera Software a deux navigateurs classés : Opera perd marginalement 0,02 point pour atteindre 2,38 % et Opera Mini gagne 0,06 point pour atteindre 0,59 %.

Comme le fait remarquer Gregg Keizer, Chrome a doublé sa part de marché depuis juillet 2009. Sur les derniers mois, la progression de Chrome a surpassé celle de Firefox par cinq à un, affichant une augmentation de 1,62 points contre 0,32 point pour Firefox. Sur les douze derniers mois, Chrome a gagné 3,68 points tandis que Firefox seulement 2,3. Même si les chiffres de Net Applications sont à prendre avec des pincettes, il semble bien que ce soit là une tendance lourde sur laquelle on puisse compter.

Internet Explorer 8 devient la version de navigateur la plus populaire

Quand on comptabilise les navigateurs par version, Internet Explorer 8 devient la version de navigateur la plus populaire avec une part de marché de 22,3 % contre 20 % pour Internet Explorer 6. Si l’on ajoute les chiffres du mode de comptabilité d’IE 8 qui est comptabilisé à part par Net Applications, Internet Explorer 8 dépasse les 25 % de parts de marché.

L’usage d’IE serait sous-représenté

Un nouvel article de Gregg Keizer sur ComputerWorld pointe du doigt un phénomène qui devrait inquiéter. IE serait sous-représenté dans les statistiques de Net Applications.

Tuons tout de suite le suspens : c’est l’usage interne d’IE en entreprise qui n’est pas pris en compte par les sociétés de mesure du trafic Web. Selon Devil Mountain Software qui se base sur 23 000 PC monitorés par XPnet, 57 % de ces machines font fonctionner au moins deux navigateurs. Plus de 32 % des machines que Devil Mountain surveille se servent à la fois d’IE et de Firefox, faisant de Mozilla Firefox le navigateur numéro deux en entreprise. Google Chrome est le navigateur numéro deux des seconds navigateurs avec 18 % de systèmes qui font fonctionner à la fois IE et Chrome. Opera et Safari sont loin derrière avec seulement 4 % et 3 % respectivement des machines sur lesquelles ils tournent en conjonction avec IE.

Les utilisateurs d’IE sont forcés de se servir du navigateur de Microsoft pour faire tourner leurs applications internes mais utilisent Firefox et Chrome pour naviguer sur le Web. Comme les entreprises doivent maintenir des applications développées spécifiquement pour IE, l’usage devrait rester d’installer des alternatives à IE en plus du navigateur incorporé dans Windows plutôt que de remplacer ce dernier.

Sources et références

jeudi 4 février 2010

Nouvelle vulnérabilité d'Internet Explorer non corrigée

Microsoft a émis une alerte concernant son navigateur Internet Explorer qui s’applique à toutes ses versions sur tous ses systèmes d’exploitation encore supportés. La faille en cause permet à une personne malintentionnée d’accéder à l’ensemble des fichiers présents sur le PC qui visite une page Web spécialement construite avec Internet Explorer. L’attaquant doit uniquement connaître l’emplacement et le nom des fichiers sur le disque dur de la victime.

Internet Explorer sous Windows XP est particulièrement à risque car il ne s’exécute pas en mode protégé qui empêche l’exploitation de cette vulnérabilité. Microsoft, qui n’a pas connaissance d’attaques utilisant cette vulnérabilité, promet un correctif rapide, si nécessaire hors cycle mensuel de mise à jour (le premier est programmé pour mardi prochain*). En attendant, une solution de contournement est proposée sous la forme d’un fix it qui active le verrouillage des protocoles réseau d’Internet Explorer.

Microsoft continue d’encourager ses clients à mettre à niveau leur navigateur vers Internet Explorer 8. Je les encourage ensuite à changer de navigateur Web pour un navigateur moderne : Mozilla Firefox 3.6, Safari 4, Google Chrome 4 ou Opera 10.1. Ces navigateurs cohabitent tous très bien avec Internet Explorer qui ne peut pas être lui désinstallé et dont le moteur est utilisé par nombre d’applications pour afficher du contenu HTML.

(*) MÀJ : Microsoft ne prévoit pas d’inclure de mise à jour pour ce problème dans le bulletin normal de février.

samedi 30 janvier 2010

Google va arrêter de supporter Internet Explorer 6

À commencer par Google Docs et Google Sites, l’entreprise américaine va cesser de supporter (au sens original et à celui de l’anglicisme) Internet Explorer 6. À partir du 1er mars, certaines fonctionnalités clés ne fonctionneront plus dans les anciens navigateurs. En effet, ce n’est pas seulement Internet Explorer 6 qui ne sera plus pris en charge, mais aussi Mozilla Firefox 2, Google Chrome 3, Safari 2 et leurs versions antérieures. Si l’utilisation de ces dernières versions ne se comptent plus qu’en dixièmes de pourcentage, il n’en est pas de même de la part de marché d’IE 6. Selon Net Applications, la version 6 du logiciel de Microsoft est toujours la version de navigateur la plus utilisée au monde, devant la version 8 d’IE et Firefox 3.5.

Même si Microsoft recommande urgemment aux utilisateurs d’IE 6 de mettre à niveau leur navigateur vers une version supérieure et particulièrement vers IE 8, les propriétaires de sites et d’applications Web ne sont pas prêts à cesser d’exiger la compatibilité avec Internet Explorer 6. Les développeurs quant à eux se passeraient bien de devoir bidouiller leurs créations pour qu’ils fonctionnent sous IE 6. Die IE 6. Die !

Sources et références

vendredi 29 janvier 2010

La proposition de Mozilla pour le 'ballot screen' de Microsoft

Avec Firefox, surfez sur Internet en toute sécurité. Firefox est gratuit, profitez librement et pleinement du Web avec lui !

C’est ainsi que sera décrit Firefox dans l’écran multi-choix (ballot screen) que Microsoft s’est engagé auprès des autorités européennes à proposer aux utilisateurs de Windows. La proposition des éditeurs de navigateur retenus est limitée à 23 langues. 21 des 23 langues de travail de l’Union européenne et deux ajoutées pour l’Espace économique européen. Mozilla voulait en proposer plus mais n’a pas été entendu. Les utilisateurs des autres langues se verront proposer la version pour les anglais de Grande-Bretagne.

La description du produit est limité à 140 caractères (ça n’aurait pas de rapport avec Twitter). Dans la proposition de Mozilla, on peut voir les URL de téléchargements et de « plus d’informations » et les descriptions pour les 23 langues.

L’icône qui fera grandement la différence lors du choix du navigateur est celui-là :

Mozilla Firefox

Sources et références

Deux études de l'AT Internet Institute confirment les tendances du marché des navigateurs

Deux études récentes de l’AT Internet Institute (ex-Xiti Monitor), société d’analyse du trafic Web, viennent attester des événements récents qui se sont produits dans le monde des navigateurs. On a vu dernièrement Internet Explorer perdre du terrain en Allemagne et en France suite aux recommandations de leur gouvernement d’utiliser un navigateur alternatif en attendant la sortie d’un correctif à une faille critique touchant le navigateur de Microsoft. Internet Explorer perd du terrain en Europe au point d’y descendre sous la barre des 60 % de parts de marché. Google Chrome profite plus que Firefox des pertes récentes d’Internet Explorer.

Mozilla Firefox tire profit de la faille d’Internet Explorer

D’après l’étude de l’AT Internet Institute réalisée du 4 au 22 janvier 2010, la perte estimée pour Internet Explorer en Allemagne est de 2,7 points de part de visites sur la semaine du lundi 18 au vendredi 22 janvier 2010. Sur cette même semaine, le gain de part de visites pour Firefox est estimé à 2,2 points.

Allemagne - Parts de visites issues d'IE

Crédit AT Internet Institute

En France, la perte est estimée à 0,7 point sur la semaine du lundi 18 au vendredi 22 janvier 2010. Sur cette même semaine, le gain de part de visites pour Firefox est estimé à 0,7 point.

France - Parts de visites issues d'IE

Crédit AT Internet Institute

Internet Explorer tombe sous les 60 % en Europe

La seconde étude de l’AT Internet Institute a été réalisée du 1er au 31 décembre 2009 sur 23 pays européens. La barre des 60 % de parts de marché est largement franchie par un Internet Explorer qui ne représente plus que 58,6 % du trafic des sites Web européens en décembre 2009. Il perd 3,6 points depuis juin 2009. En 9 mois, Internet Explorer a même vu sa part de marché chuter de 6 points.

Ses concurrents en profitent et à ce jeu là c’est Chrome qui prend le plus de parts de marché. Le navigateur de Google progresse en 6 mois de 1,8 points pour atteindre en décembre 2009 4,1 % de parts de marché. Firefox, le challenger d’IE, gagne 1,1 point depuis juin 2009 pour atteindre en décembre une part de marché de 29,4 %. Les 30 % ne sont pas loin au niveau européen alors qu’ils avaient été dépassés en France en avril 2009. Safari, le navigateur d’Apple, toujours troisième en Europe, dépasse les 5 % en passant en 6 mois de 4,2 % à 5,1 %, soit un gain de 0,9 point de juin à décembre 2009.

On notera aussi qu’Opera n’entre toujours pas dans la danse avec un gain marginal de 0,1 point en 6 mois pour atteindre les 2,3 % en décembre 2009.

parts en visites Web des familles de navigateurs entre juin et décembre 2009

Crédit AT Internet Institute

L’institut s’est intéressé aux 4 pays européens dans lesquels IE a perdu le plus de terrain entre juin et décembre 2009. En Irlande, au Royaume-Uni, en Grèce et en République Tchèque Internet Explorer enregistre le plus fort recul de sa part de marché. Citons l’étude (en y mettant un peu les formes) :

En Irlande, la part de visites d’Internet Explorer se retrouve en-dessous de la moyenne européenne avec 56,9 % des visites en décembre 2009 (-7,8 points vs juin 2009) :

  • Google Chrome renforce sérieusement sa 3ème position derrière Mozilla/Firefox : 10,5 % des visites en moyenne sur décembre 2009, soit un gain de près de 5 points en 6 mois,
  • Safari, 4ème, est également gagnant avec une part qui atteint 8,5 % (+3,3 points en 6 mois).

Même constat en Grèce où Internet Explorer perd 6,5 points pour descendre à 55,8 % des visites :

  • Mozilla/Firefox en profite pour accroître sa part de 3,5 points entre juin et décembre 2009 et atteindre 35,6 %,
  • Google Chrome (3ème) et Safari (4ème) progressent respectivement de 1,9 et 1,1 point.

Au Royaume-Uni, la part moyenne d’Internet Explorer est en recul de 7 points entre juin et décembre 2009 mais reste néanmoins supérieure à la moyenne européenne :

  • En moyenne, 68,2 % des visites au Royaume-Uni sont effectuées en décembre avec Internet Explorer vs 75,2 % en juin 2009,
  • Mozilla/Firefox, second, est en progression mais ce sont surtout Safari (+2,2 points avec 7,2 % des visites) et Google Chrome (+2,6 points avec 5 % des visites) qui tirent leur épingle du jeu.

En République Tchèque, la part de visites d’Internet Explorer est toujours en-dessous de la moyenne européenne avec 50,7 % des visites en décembre 2009 (-6,3 points vs juin 2009) :

  • Bonne performance de Mozilla/firefox qui atteint 35,2 % des visites en décembre 2009 (vs 32,3 % en juin),
  • Tout comme Google Chrome dont la part fait plus que doubler (4 % en décembre vs 1,8 % en juin 2009),
  • Opera, 3ème navigateur en visites, est également gagnant avec un gain de 1,2 point en 6 mois (5,9 % en décembre vs 4,7 % en juin 2009).
Top 5 des navigateurs en part de visites Web

Crédit AT Internet Institute

Google Chrome en forte progression en Europe s’offre la 3ème place dans certains pays européens comme il l’a conquise au niveau mondial en janvier selon Net Applications.

La méthodologie est à consulter dans les études.

Sources et références

vendredi 22 janvier 2010

La faille critique d'Internet Explorer est corrigée

Microsoft a avancé la sortie de son patch cumulatif pour Internet Explorer afin de corriger la faille critique incriminée dans les piratages de Google et d’autres entreprises américaines.

Si Microsoft a reconnu le 14 janvier 2010 qu’une faille critique touchait Internet Explorer, ce serait en septembre 2009 que Microsoft a été prévenu de l’existence de cette faille dans ses navigateurs, selon Wired. Jean-Baptiste Favre lui a pisté le signalement de cette vulnérabilité à l’éditeur jusqu’en août 2009.

Même si vous n’utilisez plus Internet Explorer, il est nécessaire de faire la mise à jour (à moins d’être passé à Linux). De nombreux programmes utilisent le moteur d’Internet Explorer vulnérable. Le plus pratique est d’utiliser le service de mise à jour automatique de Windows. Sinon, on visitera avec profit Windows Update mais pas avec son navigateur alternatif cependant.

D’autres failles ont depuis été signalées à Microsoft. On verra combien de temps met cette fois l’éditeur américain pour les combler.

Sources et références

Les Français aussi changent de navigateur

Contrairement aux informations que je relatais mercredi, il semblerait que les Français aussi changent de navigateur suite à la recommandation du 15 janvier du CERTA d’utiliser un navigateur alternatif jusqu’à la correction de la faille critique touchant Internet Explorer (corrigée hier). Le BSI allemand faisait la même recommandation, le même jour, ainsi que depuis le gouvernement australien.

Le blog Metrics de Mozilla révèle que le taux auquel les utilisateurs d’IE ont téléchargé Firefox a à peu près doublé en France et en Australie. Le graphique ci-dessous représente par une surface orange le nombre de téléchargements supplémentaires quotidiens qui sont au-dessus de ce qui était attendu pour ces journées (c’est-à-dire que ce sont les téléchargements qui peuvent être décrits comme directement attribuables aux alertes des gouvernements). La surface orange cumulée pour la France équivaut à environ 60 000 téléchargements (35 000 pour l’Australie).

Daily Downloads of Firefox by IE users in France

Crédit Mozilla

Sources et références

mercredi 20 janvier 2010

Les Allemands changent de navigateur, pas les Français

MÀJ : Les Français aussi changent de navigateur.

Demain devraient sortir Firefox 3.6, prochaine version majeure du navigateur de Mozilla, et le patch cumulatif d’Internet Explorer corrigeant la faille critique utilisée pour mener les attaques contre Google et d’autres entreprises américaines. Comme nous l’avions révélé le CERTA recommande l’utilisation d’un navigateur alternatif en attendant la publication d’un correctif de Microsoft. Le BSI allemand faisait de même le même jour ainsi que depuis le gouvernement australien.

En Allemagne, l’impact de la mise en garde contre Internet Explorer a été significatif sur les téléchargements d’Opera et de Firefox, navigateurs alternatifs à IE. Comme le montre le graphique ci-dessous, le nombre de téléchargements de Firefox à augmenter de plus de 300 000 durant la période allant de l’avis du BSI à lundi dernier. Selon Numerama, « les téléchargements [d’Opera] ont plus que doublé en quelques jours, tandis qu’en Australie les téléchargements ont bondi de 37 %. »

300 000 Incremental Firefox Downloads in 4 Days

Crédit Mozilla

Cependant, en France rien de tel. Si bien Mozilla, qui n’a constaté qu’un frémissement des téléchargements, qu’Opera, qui remarque que « l’avertissement des autorités allemandes a eu beaucoup plus d’impact que l’alerte émise par le CERTA », ne rapportent pas d’augmentations significatives des téléchargements des navigateurs alternatifs. Malgré le danger, les utilisateurs français d’IE n’ont pas changé de navigateur.

Demain, deux choses à faire : installer Firefox 3.6 et, utilisateurs de Windows, installer le patch cumulatif pour Internet Explorer pour protéger les applications tierces qui utilisent le moteur d’IE et qui sont vulnérables en attendant le correctif.

Sources et références

vendredi 15 janvier 2010

Faille 0 day critique dans Internet Explorer

Microsoft a reconnu qu’une faille de sécurité critique affectait Internet Explorer. L’éditeur a également reconnu que cette vulnérabilité avait été utilisée dans IE 6 pour mener les attaques contre Google et d’autres sociétés américaines. Cependant, ce sont bien les versions 6, 7 et 8 du navigateur sur Windows XP, Server 2003, Vista, Server 2008, 7 et Server 2008 R2 qui sont affectées.

Les recommandations de Microsoft pour réduire les risques d’exploitation de la faille : mettre les zones de sécurité sur « haut » et activer la fonction DEP. Cette fonction est paramétrée par défaut dans IE 8, mais doit être activée manuellement dans les versions antérieures du navigateur.

Cependant, certains sont pour des recommandations plus radicales. Ainsi, le BSI allemand recommande l’utilisation temporaire d’un navigateur alternatif.

MÀJ du 16 : Le CERTA, placé auprès du Premier ministre, rattaché au Secrétariat général de la Défense nationale au sein de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, « dans l’attente d’un correctif de l’éditeur, (…) recommande l’utilisation d’un navigateur alternatif. » Il ne doit plus y avoir d’IE dans l’administration — en attendant, cependant…

Sources et références

page 2 de 2 -