En 2010, Harvey Anderson, directeur juridique de Mozilla, montrait comment Mozilla lutte au quotidien, surtout en utilisant les outils juridiques offerts par le droit des marques, contre les arnaques au téléchargement. Aujourd’hui, Alex Fowler, le directeur de la vie privée et de la politique publique, dénonce sur le blog de Mozilla une utilisation abusive des marques de Mozilla par une société commerciale britannique qui vend des logiciels d’espionnage des citoyens à des États autoritaires et annonce la riposte juridique amorcée par Mozilla :


Un rapport récent de Citizen Lab a découvert que le spyware commercial produit par Gamma International est conçu pour persuader les gens par la ruse de penser qu’il s’agit de Mozilla Firefox. Nous avez expédié aujourd’hui à Gamma une lettre de cease and desist exigeant que ces pratiques illégales cessent immédiatement.

En tant que projet open source ayant la confiance de centaines de millions de personnes de par le monde, défendre les marques déposées de Mozilla contre ce type d’abus est vital pour notre marque, nos utilisateurs et le succès continu de notre mission. Mozilla a un long passé de protection des utilisateurs en ligne et a été reconnue comme société Internet la plus digne de confiance pour la protection des renseignements personnels en 2012 par l’institut Ponemon. Nous ne pouvons pas tolérer qu’une société éditrice de logiciels utilise notre nom pour déguiser des outils de cybersurveillance qui peuvent être – et dans plusieurs cas en fait ont été – utilisés par les clients de Gamma pour violer les droits de l’homme et la vie privée en ligne des citoyens.

Il est important de noter que le spyware n’a pas d’effet sur Firefox lui-même, ni lors du processus d’installation ni quand il opère secrètement sur l’ordinateur d’une personne ou sur son appareil mobile. Le logiciel de Gamma est tout à fait à part et utilise uniquement notre marque et nos marques déposées pour mentir et tromper en tant que méthode parmi d’autres pour éviter la détection et la suppression.

Grâce au travail de l’équipe de recherche du Citizen Lab, nous pensons que le spyware de Gamma tente de donner aux utilisateurs la fausse impression que, à la manière d’un programme installé sur leur ordinateur ou leur appareil mobile, il est lié à Mozilla et à Firefox, et est donc digne de confiance, tant sur le plan technique que dans son contenu. C’est réalisé de deux façons :

  1. Lorsqu’un utilisateur examine le spyware installé sur sa machine en affichant ses propriétés, Gamma dénature son programme en « Firefox.exe » et inclut les propriétés associées à Firefox ainsi qu’un numéro de version et les revendications relatives au droit d’auteur et aux marques déposées attribuées « à Firefox et aux développeurs de Mozilla ».
  2. Pour un utilisateur expert qui examine le code sous-jacent du spyware installé, Gamma inclut mot pour mot le « manifeste d’assembly » du logiciel Firefox.

L’équipe de recherche du Citizen Lab nous a fourni des exemple provenant des trois cas suivants qui démontrent comment cet usage abusif de notre marque, de nos marques déposées et de la confiance du public est une fonction incluse dès la conception des produits d’espionnage de Gamma et n’est pas propre au déploiement par un seul client :

  • Une attaque de logiciels espions à Bahreïn visant des militants pour la démocratie ;
  • La découverte récente de spywares de Gamma apparemment en usage au sein des élections à venir en Malaisie ; et
  • Une démo promotionnelle réalisée par Gamma.

Chaque exemple illustre exactement la même façon de désigner faussement le spyware installé comme provenant de Mozilla. Les propres brochures et vidéos promotionnelles de Gamma font la promotion de l’une des fonctions essentielles de leur logiciel de surveillance qui est qu’il peut être déployé secrètement sur le système d’une personne et qu’il passe inaperçu.

Malheureusement, Mozilla est habitué à l’usage abusif de sa marque. Nous avons lutté contre les entreprises qui utilisent nos marques déposées pour amener les utilisateurs à télécharger des logiciels malveillants (malwares) livrant des informations personnelles ou faisant payer pour Firefox, parfois de façon très organisée et criminelle. Non seulement ces activités sont illégales, mais aussi nous les prenons au sérieux car elles sont trompeuses, nuisent aux utilisateurs, sèment la confusion chez le consommateur et compromettent la réputation de Mozilla.

Nous sommes reconnaissants pour l’important travail de groupes tels que le Citizen Lab, Privacy International, le Centre européen pour les droits constitutionnels et de l’homme et Reporters sans frontières et encourageons toute personne intéressée par la prédominance croissante et les implications sociétales de la cybersurveillance à soutenir leurs efforts.


Le document original et cette traduction sont soumis aux conditions de la licence
Creative Commons : « Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 ».

License Creative Commons

Crédit Numerama

FinSpy est le nom du spyware de Gamma International

Voir aussi sur BlogZiNet sur un sujet connexe : Marques - Le Bon, la Brute et le Truand par Harvey Anderson (Mozilla) du 6 mai 2009

Sources et références