Selon les cas, les abréviations sont en majuscules (les sigles, mais pas seulement) ou sont écrites à la mode anglo-saxonne qui met des majuscules à l’intérieur pour expliciter le termes qui composent l’acronyme.

N. B. : en HTML 4.01, il existe deux éléments abbr et acronym. Ce dernier a été déclaré obsolète en HTML5 parce qu’il créait beaucoup de confusion. L’élément abbr doit être utilisé pour toutes les abréviations qui vont d’ailleurs bien au-delà du sigle et de l’acronyme.

Mozilla est généralement abrégé par l’acronyme Mo qui peut aussi être le sigle MO pour Mozilla.org.

AMO :
addons.mozilla.org, les modules complémentaires pour les produits Mozilla ou soutenus par Mozilla.
BMO :
bugzilla.mozilla.org, l’instance de Mozilla du logiciel open source de suivi des problèmes et du développement, Bugzilla, développé par Mozilla.
MoCo :
Mozilla Corporation, filiale à 100 % de MoFo soumise à l’impôt qui est chargée du développement de logiciels sous le contrôle de la fondation.
MoFo :
Mozilla Foundation, la fondation (proche de l’association de droit français) qui s’est donnée la mission de promouvoir l’ouverture, l’innovation et la bonne santé du Web.
ReMo :
Mozilla Reps, programme de Mozilla qui vise à donner des moyens et à soutenir des Mozilliens bénévoles pour devenir des représentants officiels de Mozilla dans leur région ou communauté locale.
SUMO :
support.mozilla.org, le site d’assistance de Mozilla pour Firefox, Firefox pour Android, Firefox OS, Webmaker, Thunderbird et Badges.

Un autre site qui contient du Mozilla, et anciennement membre du précédent club sous l’acronyme Devmo, est le MDN, le Mozilla Developer Network, la base de connaissances ouverte pour le Web ouvert (voir À propos du projet MDN).

Un autre format d’abréviations utilisé chez Mozilla consiste à prendre la première lettre et la dernière d’un long mot et d’intercaler entre les deux le nombre de lettres entre ces deux extrémités. Ainsi, le projet Electrolysis visant à exécuter le contenu Web dans un contenu séparé de Firefox lui-même, est abrégé en e10s – oui, le terme fait bien 12 lettres. D’autres exemples qu’apprécient le Mozilliens – bien que non spécifiques à Mozilla :

a11y :
accessibility ; l’accessibilité qui, dans le monde numérique, participe à l’adaptation des systèmes numériques dont les sites Web, aux différents types de handicap.
d11n :
documentation.
i18n :
internationalization ; l’internationalisation, dans le monde du logiciel, consiste à préparer son adaptation à des langues et cultures différentes.
L10n :
localization ; la localisation (régionalisation serait peut-être plus correct mais on emploie localisation chez MozFr) est le processus de traduction de l’interface utilisateur d’un logiciel d’une langue vers une autre et en l’adaptant à la culture locale.
L12y :
localizability ; peu employé, le terme « localisabilité » désigne le degré auquel un logiciel peut être localisé.

Pour les technologies et produits Mozilla, on notera particulièrement :

Fx :
L’abréviation officielle de Firefox est Fx bien que certains utilisateurs emploient parfois l’abréviation FF ou ff, souvent les mêmes qui écrivent « FireFox » ce qui n’est pas correct et ne correspond pas aux marques déposées de Mozilla.
Td :
Thunderbird, aussi abrégé TB ou tb par certains utilisateurs.
SM :
SeaMonkey (remarquez la majuscule interne), la suite logicielle basée sur Gecko de Mozilla et menée par la communauté avec le soutien en infrastructure et légal de Mozilla.
ESR :
Extended Support Release ou Édition longue durée ; voir Mozilla Firefox ESR et Mozilla Thunderbird ESR.
B2G :
Boot to Gecko, nom de code de Firefox OS, le système d’exploitation mobile de Mozilla ; voir sur le wiki de Mozilla et sur MDN.
XUL :
se prononce zoul ; c’est le langage de description d’interface utilisateur multiplateforme de Mozilla basé sur XML ; voir sur le MDN.

AWSY pour Are we slim yet? (Sommes-nous encore mince ?) est un test de performances en mémoire de Firefox et un site pour visualiser les résultats de ce banc d’essai. L’article de Nicholas Nethercote du 12 juin m’a donné l’idée de ce billet.

Remarquez que le nom Mozilla lui-même serait l’abréviation de « Mosaic Killer » (nom de code donné au navigateur Netscape) :

Ce nom proposé par Jamie Zawinski est en fait la contraction du nom Mosaic killer (littéralement tueur de Mosaic) ; killer étant orthographié killa pour correspondre à la prononciation du mot dans le langage courant, le nom s’est donc formé de la façon suivante : Moz (pour Mosaic) et illa (fin de killa) ce qui a donné Moz+illa[1]. Ce nom faisant ainsi référence au fait que ses concepteurs espéraient que leur navigateur détrônerait NCSA Mosaic, le navigateur web le plus populaire à l’époque. Le nom fait également référence au monstre Godzilla.

J’en ai sans aucun doute oubliés, n’hésitez pas à me les signaler en commentaire.

Comment ai-je pu oublier WoMoz ? Women & Mozilla est une communauté composée de membres de différents projets open source qui se consacre principalement à améliorer la visibilité et l’implication des femmes dans le FOSS et Mozilla, et à augmenter le nombre de femmes contributrices ; voir leur blog.

Sources et références