La publicité est un business dominant sur le Web. Il s’appuie sur les utilisateurs pour son succès et ironiquement ne parvient pas à collaborer avec eux d’une manière directe et honnête. Nous sommes partisans des nombreux avantages que l’implication commerciale apporte au développement d’Internet – c’est dans nos fondamentaux et ça fait partie du Manifeste Mozilla. La publicité est l’une de ces activités commerciales, elle alimente et développe le Web. Mais le modèle a perdu de vue son objectif en échouant à mettre l’utilisateur au centre. Nous appelons dans un premier temps l’industrie de la publicité à adopter les trois principes fondamentaux de confiance, de transparence et de contrôle par l’utilisateur :

  1. Confiance : Les utilisateurs comprennent-ils pourquoi on leur présente le contenu ? Comprennent-ils quelle partie de leurs données a contribué à la décision d’affichage ?
  2. Transparence : Les utilisateurs comprennent-ils pourquoi les décisions de publicité sont prises ? Comprennent-ils comment leurs données sont consommées et partagées ? Sont-ils conscients et contribuent-ils ouvertement ?
  3. Contrôle : Les utilisateurs ont-ils la possibilité de contrôler leurs propres données ? Ont-ils le choix d’être totalement privés, entièrement publics ou quelque part entre les deux ?

Nous sommes en train de repenser le modèle. Nous voulons un monde où les directeurs du marketing, les cadres des agences de pub, les groupes industriels et les compagnies de technologies publicitaires voient les avantages réels d’un modèle centré sur l’utilisateur. Ces trois principes nous donnent la possibilité de construire une plateforme solide, à long terme et avec plus de valeurs pour tous.

Que faisons-nous ?

Notre intention est d’améliorer l’expérience en tant que partie prenante au sein de l’écosystème. Nous ferons cela par l’expérimentation et l’innovation. Tout notre travail sera conçu avec la confiance à l’esprit. Les tuiles sont notre première expérience et nous apprenons beaucoup. Maintenant, nous montrons les tuiles des utilisateurs selon leur « frecency » (sites récents et fréquents), ainsi que des informations de Mozilla et des suggestions et du contenu identifiés comme sponsorisés. Cette expérience est assez basique, mais va évoluer au fil du temps. Les interactions initiales avec l’utilisateur sont positives. Les utilisateurs ont interagi avec le contenu identifié comme sponsorisé que nous avions placé dans le Directory Tiles (tuiles lors du premier lancement) 10 fois plus qu’avec le contenu issu de Mozilla.

Notre prochaine étape sera de donner aux utilisateurs plus de transparence et de contrôle. Notre plateforme de personnalisation pour l’utilisateur aidera finalement à alimenter les tuiles et aidera à déterminer quel contenu est montré à l’utilisateur. La plateforme elle-même est novatrice car elle permet actuellement que les données d’intérêt restent côté client, complètement sous le contrôle de l’utilisateur. Les données sont encore accessibles là sans que nous créions un dossier sur l’utilisateur, en dehors du client Firefox.

Nous mettrons ensuite l’utilisateur en première ligne en construisant un tableau de bord des intérêts (une chose sur laquelle nous travaillons déjà) qui offre aux utilisateurs un moyen de modifier facilement leurs intérêts ou leur participation au contenu enrichi à tout moment. Le tableau de bord fournit un système de remontée de l’information constante avec les utilisateurs et fonctionnera avec tous nos projets de contenus améliorés.

Que pouvons-nous promettre ?

Nous allons continuer à démontrer qu’il est possible d’équilibrer les intérêts commerciaux avec l’intérêt du public, et de construire des produits performants qui respectent la vie privée des utilisateurs et offrent une expérience basée sur la confiance, la transparence et le contrôle.

  • Nous voulons montrer au monde que vous pouvez faire afficher de la publicité d’une manière qui respecte la vie privée des utilisateurs.
  • Nous croyons que les éditeurs doivent respecter les signaux du navigateur relatifs au pistage et à la vie privée. S’ils ne le font pas, nous allons prendre un rôle actif ce faisant et tous nos projets de contenu enrichi respecteront DNT (NDT : « Indiquer aux sites que je ne souhaite pas être pisté »).
  • Nous respecterons le Minimum Actionable Dataset, un courant de pensée lancé par l’un de nos collègues mozilliens pour ne recueillir que ce qui est nécessaire – rien de plus – et être transparent à ce sujet.
  • Nous mettrons les utilisateurs aux commandes pour personnaliser, modifier ou activer/désactiver les fonctions du produit à tout moment.

Nous ne pouvons pas changer le Web depuis le banc de touche et nous ne pouvons pas changer la publicité sur le Web sans être une partie de cet écosystème. Nous sommes enthousiasmés par cette mission et nous travaillons dur pour atteindre nos objectifs. Restez à l’affût des nouvelles au cours des prochaines semaines.

Si cela fait écho à vos préoccupations et que vous avez des idées ou voulez aider, nous serions ravis de vous entendre en laissant des commentaires ci-dessous (NDT : en anglais sous le billet original) ou en remplissant ce formulaire.


Le document original et cette traduction sont soumis aux conditions de la licence
Creative Commons : « Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 »
ou toute version postérieure.

License Creative Commons

Il n’est pas sûr que ce discours volontariste soit accepté par les Mozilliens critiques sur la démarche de Mozilla d’entrer dans le domaine de la publicité que chassent pas mal d’entre-eux. Particulièrement, le passage sur le changement du secteur de la publicité en ligne de l’intérieur risque bien de laisser de nombreux Mozilliens dubitatifs. Tout comme ils douteront de la capacité de Mozilla à changer la donne devant les intérêts considérables en jeu et la dépendance actuelle de Mozilla à Google et à son reversement d’une petite partie des revenus publicitaires générés via Firefox.

Si la démarche de Mozilla d’entrer dans les services de contenu pouvait rendre Mozilla moins dépendant de Google et empêcher que les utilisateurs livrent leurs requêtes au géant de la publicité, les Mozilliens la soutiendraient. Cependant, il n’est pas sûr qu’ils considèrent le publicitaire Darren Herman comme la personne la mieux à même d’accomplir cette tâche selon les canons de Mozilla. Son appel à commentaire in fine en passant par un formulaire chez Google sera un indice bien négatif.

Sources et références