Liens dans le menu de MozillaZine-fr sur la communauté MozillaJ’ai enfin répondu sur MozillaZine-fr à un commentaire de CVL du site Technifree qui suit le développement de SeaMonkey. Cette longue réponse mérite selon moi une meilleure visibilité :

CVL : Les vœux que je formule, pour 2014, c’est que l’ensemble du monde Mozilla se simplifie, car, aujourd’hui, un internaute de base n’y comprends absolument rien avec la multiplication des sites consacrés à la communauté. D’ailleurs voir dans le bloc gauche de mozillaZine-fr, le nombre de liens proposés, c’est manifestement trop ! Alors, il va au plus simple : soit IE soit « gougleu » qui fait des pub claires et directes et qui parie sur la simplicité d’APPROCHE.

R : C’est le prix à payer (même si des progrès sont toujours réalisables) pour être libres, ouverts et communautaires.

Les sources d’informations sur les projets (même non logiciels) sont diverses parce que nous développons au grand jour.

L’information institutionnelle sur les réalisations est regroupée sur le blog officiel de Mozilla.

En français, l’information institutionnelle est fournie par la Section Presse de Mozilla.

Tous les autres canaux sont soit personnels (avec la liberté de parole que laisse Mozilla à ses employés) soit sectoriels, pour des infos sur les projets en cours et les conclusions à tirer des analyses des réalisations.

Cependant, des efforts sont faits pour centraliser et discriminer les canaux d’informations sur Mozilla. Il s’agit des planètes :

Planet Mozilla regroupe les derniers billets des blogs Mozilla anglophones au sein de la communauté.

Les autres sous-planètes sont sectoriels :


CVL : Un site pourrait servir de fédérateur : frenchmozilla.fr. Mais ça me navre de voir que les MÀJ sont si rares et qu’il n’y a même pas 3 mots d’explication pour chaque logiciel.

R : Non ! C’est MozFr qui est le site qui regroupe les efforts de la communauté Mozilla francophone.

De là, tu peux accéder au forum d’entraide communautaire, à une page qui présente les moyens de participer au projet et l’organisation de MozFr en groupes de travail avec chacun un référent pour faciliter les contributions, à la liste des discussions communautaires en français, au blog (et au blog technique), aux canaux IRC en français, aux réseaux sociaux (Twitter, Diaspora et Facebook) communautaires, au wiki pour des informations sur les projets en cours, aux communautés locales :

… et à French Mozilla (avec son Bugzilla) qui ne s’occupe que des traductions.

Mais, c’est sur MozFr qu’il faut se rendre pour les informations sur les contributions francophones au projet Mozilla, dont les planètes centralisent les blogs de Mozilliens francophones (où sont les articles pertinents de MozillaZine-fr et BlogZiNet).

Bien sûr, tous ces canaux de diffusion de l’actualité du projet sont sous le contrôle et dépendent de la disponibilité de nombreux acteurs.

Notre compte Twitter essaie de tenir le catalogue de ces contributions et de fournir un canal d’information en français qui se veut complet, mais il est indépendant de la direction du projet Mozilla par la fondation et sa filiale à 100 %, Mozilla Corporation.

Si tu veux l’information officielle et plus formatée marketing consulte le blog officiel et les sections presse de Mozilla (il y a aussi la lettre d’information généraliste – traduite en français par la communauté – qui s’adresse à tous les utilisateurs de produits Mozilla).

CVL : Heureusement, que mozillaZine-fr traduit les MÀJ de SeaMonkey, car sinon il n’y aurait RIEN.

R : MozillaZine-fr est lui même un projet communautaire francophone (même s’il n’a pas de visibilité sur MozFr).

SeaMonkey n’est pas un logiciel de Mozilla, mais un projet basé sur les technologies Mozilla, mené par la communauté et soutenu par la fondation.

Il n’y aura pas d’information officielle en provenance des canaux officiels de Mozilla. L’information sur SeaMonkey comme les décisions concernant le développement et le développement lui-même dépendent de la communauté seule. Évidemment, en cas de désaccord grave entre la direction de Mozilla et le SeaMonkey Council, le soutien de Mozilla cesserait et ça sonnerait la fin du projet.

CVL : Ma conclusion, qui se renforce avec le temps. Il vaudrait mieux rassembler les forces que les diviser !! Cela pourrait servir le Bien commun.

R : « Rassembler les forces » ne reviendrait, à mon avis, qu’à museler la créativité et l’ouverture du projet. Les canaux d’information officielle ne peuvent pas suffire à agir au grand jour.

Le foisonnement de sources d’informations fragmentaires relatives à Mozilla est le prix à payer mais aussi une condition nécessaire à un projet pleinement open source et novateur.


Et vous ? Pensez-vous qu’il y a trop de sites communautaires de Mozilla ?