Dans la dernière partie de l'article, on en vient à reparler du problème de sécurité potentiel permanent que représente le code fermé de Windows et d'autres saillies consternantes sur nos « intelligences ». Ils n'ont alors plus besoin de la comparaison avec l'Amérique pour passer pour des bricolos :

En attendant, toute pionnière européenne qu'elle peut être en la matière, la France a encore de nombreux efforts à faire. Ainsi, Bernard Carayon a dénoncé à plusieurs reprises l'infodominance américaine que constitue le monopole de Microsoft, ne serait-ce qu'en termes de sécurité informatique. Alors qu'il en appelle à une utilisation accrue des logiciels libres, la majeure partie des PC militaires fonctionnent sous Windows, et l'on apprenait récemment que la 785e compagnie de guerre électronique faisait encore appel à Microsoft Windows, et Office. Cela n'aurait, en soi, rien que de très habituel si cette compagnie ne représentait pas « la composante expérimentale de la Guerre Electronique », chargée « d'assurer une veille technologique dans le domaine des télécommunications ».

La communication semble aussi poser quelques problèmes à la « grande muette » : le sous-site web du ministère de la Défense consacré à la DGSE est ainsi désespérément vide et le site (non officiel, mais truffé d'infos) que lui avaient consacré quelques passionnés a été fermé (sans que l'on arrive à savoir pourquoi) l'an passé. Dans son rapport, Bernard Carayon avançait ainsi qu'« il est invraisemblable que la Direction ne dispose toujours pas d'un site Internet propre, à l'instar de ses homologues étrangers, comme la CIA ou le Secret intelligence service britannique qui vient d'ouvrir son site internet : www.sis.gov.uk. Ces pudeurs, ou ces pusillanimités, restent incompréhensibles ».

La page officielle consacrée à la DRM propose quant à elle, en tout et pour tout, 6 lignes de présentation. En cherchant bien, on trouve bien, sur l'annuaire du site du Portail de l'armement, qui « a vocation à être un lieu d'échange et de travail pour l'ensemble de la communauté de défense française et européenne », et permet de se renseigner sur les appels d'offres, la fiche de la DRM, et quelques noms, et adresses. Mais si l'on veut lui écrire par e-mail, il faut le faire à des adresses en @laposte.net, pis : @yahoo.fr… La salle de consultations des marchés du ministère de la défense recense d'ailleurs 116 avis comprenant des e-mails en yahoo.fr. Imagine-t-on de voir les adresses e-mail de la NSA en @hotmail.com, ou @wanadoo.com ? Mais tout n'est pas perdu : dans son rapport, Yves Fromion avance en effet que « le programme du pôle national de cryptanalyse et de décryptement se poursuivra, avec l'acquisition de nouveaux moyens informatiques puissants (et que) la DGSE bénéficiera de la création de 20 postes, essentiellement destinés à accroître ses moyens de cryptologie. » Gageons qu'ils contribueront également à la sensibilisation des militaires aux rudiments de la sécurité informatique.

Vous n'avez rien compris ! C'est une couverture. Ils se font passer pour des amateurs afin d'endormir la vigilance de l'ennemi. C'est bien joué, non ?

Les title dans les liens ont été complétés par moi.