Lors de la conférence O'Reilly de Portland où les contributeurs Mozilla sont présents en force, un panel sur les femmes développeurs dans les projets open source s'est tenu comme le rapporte ComputerWorld. On peut y lire que seulement 2 % des développeurs travaillant sur des projets de logiciels open source sont des femmes contre quelques 25 % dans le logiciel propriétaire. Dans ce monde de matheux machos, les obstacles auxquels elles doivent faire face habituellement dans le monde du travail seraient démultipliés. Le développement open source est particulièrement gourmand en disponibilités. Il faut y passer beaucoup de temps et être prêt à toute heure, ce qui se marie mal avec leur emploi du temps personnel. Les femmes du panel ont témoigné de la nécessité de se blinder face aux commentaires machistes auxquels elles se heurtent sur les réseaux des projets open source. Les solutions ne sont pas non plus originales. Une implication accrue de leur compagnon dans les tâches domestique et un effet boule de neige de la présence de femmes en activité qui crée un environnement de travail favorable et attractif pour ces dames codeuses.

Spécifiquement, il est proposé la création de groupes « women-focused » au sein des communautés pour attirer les développeuses sur les projet open source. Il en existe un chez Debian avec le Debian Women et la création d'un tel groupe est en débat chez Apache. A quand un club des dompteuses de lézards ?

Only about 2% of the thousands of developers working on open-source software projects are women, (…) The 2% figure was gleaned from several university and private studies, according to panel members, and is much smaller than in the proprietary software industry, where some 25% of all developers are women.

The barriers to women in open-source development include chauvinism from some male developers who post or verbalize nasty comments as well as an « old boys network » that discourages them from taking part in open-source projects, said panel members.

ComputerWorld, Panel : Open-source needs more women developers, 8 août 2005, Todd R. Weiss