Il s'agit bien de véritables actes de tortures auxquels le magazine britannique Digital Camera Shopper (n° 17 à paraître jeudi 5 août), spécialisé dans l'image numérique, a soumis les cartes mémoire sur lesquelles sont stockées les photos des appareils numériques — elles servent aussi dans d'autres produits nomades. Jugez plutôt ! Les pauvres cartes « ont ainsi été noyées dans du Coca-Cola et dans de l'eau bouillante, se sont fait rouler dessus par un skate-board et par une voiture pour enfant, sont passées à la machine à laver, sont tombées dans une tasse pleine de café chaud, et, pire que tout, ont été laissées aux mains d'un petit garçon de six ans pour qu'il joue avec. »

Et bien, malgré tous ces tourments, les cinq types de cartes testées — CompactFlash, Secure Digital, Memory Stick, xD et SmartMedia — ont survécu. « Sans exception, le magazine a pu ensuite lire les cartes en utilisant le logiciel fourni avec l'appareil photo, sans l'intervention d'un expert ou l'aide des services d'un magasin. »

Non content de le torturer, le magazine anglais les a crucifiées. Les cartes ont ainsi été clouées à un arbre et écrasées à grands coups de marteau. A défaut d'intervention divine, trois formats ne s'exprimeront plus jamais, alors que, grâce aux bons soins d'un « service spécialisé dans la récupération de données, comme Kroll Ontrack ou Ontrack data Recovery », le xD et Smart Media ont pu encore rendre leur contenu.

N'y songez pas pour les clichés de Médor que vous croyiez perdus, cette opération de récupération, selon Geoff Harris, rédacteur en chef du magazine, coûte chère.

01net., Vos cartes mémoire intactes après passage en machine, 2 août 2004, Arnaud Devillard