Encore une fois, le blog Vie privée de Mozilla publie un article qui vaut la peine d’être traduit. Cette fois, il s’agit d’un texte de Lindsay Kenzig, chercheuse Senior en expérience utilisateur au sein de l’équipe UX de Mozilla qui analyse des études de terrain sur les sujets de la sécurité, de la vie privée et de l’identité, chers à Mozilla :


[C’est la première partie d’un billet en deux parties de l’équipe de recherche en expérience utilisateur de Mozilla sur son regard sur la vie privée et la sécurité.]

Interview à domicile

Un des 14 entretiens à domicile pour le projet Hydra

L’équipe de recherche en expérience utilisateur de Mozilla s’est récemment associée à l’équipe de l’identité pour le projet Hydra. Le projet Hydra est un projet de recherche exploratoire pour lequel nous avons interrogé ses participants à leur domicile pour mieux comprendre ce que l’identité signifie pour eux – aussi bien « déconnectés » que connectés, et comment ces concepts se recoupent.

Pour des gens comme Sara*, la sécurité et la vie privée en ligne sont des soucis qu’elle n’arrive jamais à traiter une bonne fois pour toute :

Je devrais vraiment commencer à les [les mots de passe] créer différemment. C’est juste le facteur frustrant. Si je commence à utiliser des chiffres et des nombres [tout le temps], alors je dépends totalement d’une feuille de calcul… J’essaie et je garde tout dans ma tête, autant que je le peux.

En fait, nous avons appris grâce à une série d’entretiens que, pour les utilisateurs « grand public » comme Sara, les sujets comme la vie privée et la sécurité sont pénibles et souvent activement ignorés dans la vie quotidienne. En outre, les utilisateurs compartimentent sécurité et vie privée, les détachant de la façon dont ils se considèrent eux-mêmes et voient leurs activités en ligne.

L’identité vue par les utilisateursCela a d’importantes implications pour Mozilla. D’une part, sécurité et confidentialité ne sont pas facteurs de différenciation dans l’esprit de la plupart des utilisateurs parce qu’ils sont concentrés ailleurs. Les utilisateurs ont des opinions bien arrêtées sur leur volonté d’être en sécurité, mais ostensiblement lorsqu’on se penche avec eux sur la question ils évoquent des sentiments très négatifs. Comme Ben Adida, directeur de l’identité chez Mozilla, le dit : « la sécurité est extrêmement importante, mais ce n’est pas un argument de vente. »

Alors, comment pouvons-nous aider les utilisateurs à être en sécurité tout en restant positifs ? Le projet Hydra aborde les diverses façons dont nous pourrions le faire après une analyse approfondie et une synthèse des données qualitatives.

  1. La sécurité en ligne est déroutante (même pour les experts) ! Commencer par des petits pas, plutôt que de tenter de résoudre tout le problème d’un coup. Intégrer les bonnes mesures de sécurité et de protection de la vie privée aux tâches courantes des utilisateurs plutôt que de leur demander d’apprendre et de négocier avec du jargon technique complexe ou de modifier la tâche sur laquelle ils sont. Persona, le système d’identité de Mozilla pour le Web, en est un bon exemple.
  2. Les utilisateurs se sentent impuissants. Ils pensent que les brèches de sécurité vont se produire quoi qu’ils fassent. Au cas où ils décident d’agir, reconnaître les émotions vulnérables qui surgissent lorsqu’on pense à la sécurité et la vie privée. Dans la feu de l’interaction, choisir un langage centré sur l’utilisateur et concevoir des principes pour renforcer Mozilla les aidera à être en sécurité (plutôt que de se sentir encore plus confus et effrayé). Larissa Co de notre équipe d’expérience utilisateur a d’excellents exemples de cela avec son travail sur « la sécurité et la vie privée significatives » qui seront envisagés dans le second billet.
  3. La sécurité et la vie privée sont des concepts abstraits. Comment puis-je savoir que je suis en sécurité ? Les utilisateurs ne peuvent pas gérer ce qu’ils ne peuvent pas voir. Visualiser et synthétiser le comportement en ligne en développant des systèmes qui peuvent analyser, se connecter et anticiper l’activité. Ici, la possibilité est que les utilisateurs peuvent alors avoir une approche holistique des besoins en sécurité et en confidentialité plutôt que via une approche au coup par coup. Collusion est un exemple de la façon dont Mozilla aide les utilisateurs à visualiser leur propre comportement en ligne.
  4. Les téléphones portables font que les gens se sentent particulièrement vulnérables. Les utilisateurs ont plus peur et prennent plus de mesures pour protéger physiquement leurs téléphones portables que d’autres matériels. Parce que les gens pensent que leur téléphone mobile nécessite une meilleure sécurité, se concentrer ici permettrait d’identifier des attentes pour une plus grande sécurité sur d’autres appareils.

Le manifeste de Mozilla est en train d’être mis à jour pour dire que « la sécurité des personnes et la vie privée sur Internet sont fondamentales et ne peuvent pas être considérées comme optionnelles ». Pour faire de cette déclaration une réalité et créer des produits exceptionnels, il est vital que nous comprenions la sécurité et la vie privée du point de vue de l’utilisateur individuel.

* : identité changée pour raison de confidentialité ; les participants ont consenti à l’utilisation de leurs mots et de leurs photos.

Ce contenu est republié depuis le trimestriel UX de Mozilla. Plus d’informations sur le projet Hydra peut être trouvé sur AirMozilla et sur notre blog UX ici et .


Le document original et cette traduction sont soumis aux conditions de la licence
Creative Commons : « Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 »
ou toute version postérieure.

License Creative Commons

Merci à Hervé Renault pour sa relecture et la traduction de l’infographie.

Sources et références