Jay Sullivan, COO de Mozilla, y chapeaute une nombreuse variété d’équipes y compris celles de Firefox OS. Cela lui confère une autorité pour parler de la vision de Mozilla concernant la personnalisation dans le respect :


La mission de Mozilla nous oblige à fournir aux gens une expérience Internet qui leur permette de contrôler leur vie en ligne et qui les traite avec respect. Respecter une personne englobe de respecter sa vie privée. Nous aspirons à un principe de « sans surprise » : l’idée est que, lorsque des informations sont recueillies sur une personne, ce doit être en toute conscience et ce doit être utilisé de manière à bénéficier à cette personne. Les gens devraient être conscients de la façon dont les informations sont recueillies et utilisées. Chaque individu devrait également être en mesure de décider si l’échange de données à caractère personnel pour les services reçus en retour semble juste. Cela peut être difficile à atteindre, surtout quand c’est mis en balance avec la commodité et la facilité d’utilisation : les gens attendent une expérience utilisateur rapide et simplifiée sans invites excessives ni choix déroutants. Mais nous nous efforçons de toujours tendre vers cet idéal.

Mozilla est un participant actif à l’écosystème de l’économie du Web d’aujourd’hui. Une grande partie du contenu et des informations que les gens apprécient et dont ils bénéficient est financée par le marketing et le parrainage numériques. Il s’agit d’un business model valide. Nous pensons simplement que lorsque les données personnelles sont collectées pour fournir ces services, la collecte doit être faite avec respect et avec le consentement du consommateur. Le commerce fonctionne mieux lorsque les utilisateurs comprennent les transactions auxquelles ils prennent part. Les meilleures relations à long terme avec le consommateur sont bâties sur la confiance.

Mozilla aspire à permettre la personnalisation — la personnalisation des annonces publicitaires, des contenus, des recommandations, des offres et plus — qui ne repose pas sur le fait que le client reste dans l’ignorance de qui a accès à ces informations et avec qui ces informations sont partagées. En tant que fournisseur majeur de navigateur Web et, maintenant, développeur de système d’exploitation, le rôle de Mozilla est d’expérimenter et d’innover avec cette aspiration pour objectif. En tant que projet open source, où les contributions sont bien accueillies par tous, nous encourageons tout le monde dans l’industrie à aider, en proposant des approches constructives et en collaborant avec nous au grand jour.

Voici quelques exemples du travail que Mozilla fait pour explorer la personnalisation dans le respect :

  • Persona est un système d’identité pour le Web. Il donne aux gens la maîtrise de leurs connexions sur le Web. Les gens choisissent quelle identité présenter à un service donné. En particulier, les gens peuvent garder les facettes de leur vie – travail, personnel et autres – distinctes.
  • Do Not Track permet de dire à un site Web que vous souhaitez vous retirer du pistage par les tiers à des fins notamment de publicité comportementale. Il permet aux utilisateurs d’exprimer comment ils aimeraient que les informations sur eux-mêmes soient traitées. Ça présente de nombreux avantages. Les personnes qui utilisent Firefox doivent activement permettre le Do Not Track (Ne pas me pister), s’assurant ainsi très clairement que l’utilisateur a effectué un choix explicite. Aussi, Do Not Track est indépendant de toute technologie particulière, fournissant de la résilience face à l’évolution de la technologie. Nous continuons à travailler avec un large éventail de parties intéressées pour voir le Web adopter Do Not Track.
  • Les politiques de cookies tiers ont été évaluées pour un meilleur équilibre entre publicités personnalisées et pistage des utilisateurs à travers le Web sans leur consentement. Par exemple, une version expérimentale de Firefox autorise les cookies à être installés par les parties premières et par les tiers pour qui Firefox a stocké un cookie pour le domaine de la partie, mais va bloquer les cookies tiers par défaut dont le domaine n’est pas connu du stockage des cookies de Firefox. Nous avons évalué cette approche, aussi bien que les autres, en travaillant avec les parties prenantes de l’industrie.

Il devrait être possible de faire plaisir aux utilisateurs (et oui, la bonne offre au bon moment peut être un grand plaisir), tout en les traitant avec respect. Nous continuons à expérimenter et à évaluer de nouvelles façons de donner aux utilisateurs le contrôle de leur expérience sur le Web et vous invitons à nous rejoindre pour réaliser cette vision. Nous partagerons bientôt plus de nouvelles.


Le document original et cette traduction sont soumis aux conditions de la licence
Creative Commons : « Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 »
ou toute version postérieure.

License Creative Commons

Cette tribune intervient alors que les négociations au W3C sur l’adoption du DNT par le monde de la publicité semblent tourner court. Jonathan Mayer, qui avait le premier parler de la nouvelle politique pour les cookies de Mozilla avant qu’elle soit explicitée par Alex Fowler, semble lier la décision de Mozilla de bloquer les cookies tiers par défaut au refus des publicitaires de prendre en considération la volonté exprimée par les internautes par le biais du DNT.

Ainsi, l’échéance approche pour que Firefox 21 fournisse à tous ses utilisateurs un choix ternaire pour mieux exprimer leur volonté de ne pas être pistés (ou d’être pistés). Volonté qui est dorénavant « suivie » par Mozilla : Alex Fowler a annoncé la semaine dernière la mise à disposition du public d’un tableau de bord montrant le niveau d’adoption du DNT par les utilisateurs de Firefox. Vous le voyez ce sujet est brûlant et, comme l’annonce Jay Sullivan en fin de billet, nous ne tarderons pas à en recevoir des nouvelles fraîches.

Sources et références